Je ne suis pas douée, ce n’est pas mon truc ! 4 clés pour surmonter les blocages de l’apprentissage

C’est toujours le mois des excuses !

Après les excuses “Très peu pour moi!“, “Je ne suis pas capable!“, “Je le ferais demain” et “Oui… Mais…“, je me rend compte qu’il y en a une belle à laquelle je n’avais même pas pensé (peut être est-ce parce que je l’utilise beaucoup…) et c’est Anne-Lise de Grandir en langues qui me l’a rappelé.

Cet article participe d’ailleurs à l’événement interblogueurs organisé par Anne-Lise de Grandir en langues dans lequel j’ai particulièrement apprécié l’article Etre bilingue et apprendre une langues aujourd’hui.

Je ne suis pas doué! Ce n’est pas mon truc!

Vous savez, les excuses du type “Non, mais tu sais … je n’ai pas la bosse des langues …” ou “des maths…“, “Je suis nulle en informatique, ce n’est pas à mon âge que cela va changer“, “Si tu veux t’intoxiquer, laisses-moi cuisiner…

Bon ben voilà, voilà vous l’avez cherché : un article bonus, cadeau pour vous sur notre formidable capacité de nous convaincre que nous ne sommes pas ou plus capable d’apprendre quelque chose.

Surmonter les blocages et les obstacles de l’apprentissage, est-ce possible ? Et surtout comment faire?

Pour répondre à cette question, je me souviens de la Julie d’il y a deux ans qui :

  • vient juste d’apprendre qu’on peut lire ses emails dans un téléphone;
  • a peur de répondre à des appels en Facetime;
  • stresse et transpire à la veille de ses congés rien qu’à l’idée de trouver comment mettre son message d’absence et encore plus pour mettre en renvoi d’appel dans son portable professionnel;
  • fait semblant de comprendre la différence entre le Wifi et le Blutooth;
  • ne comprend pas le langage de sa jeune collègue Vitamine de 25 ans quand elle lui parle de podcast et de screenshot;
  • a envie de pleurer (et en fait, pleure en réalité…) et envoie tout valser quand son collègue Protéine de 25 ans aussi lui fait la blague de mettre l’affichage de son écran d’ordinateur à l’envers…

C’était comme si je vieillissais … Non, pardon… Comme si tous les gens autour de moi, le monde rajeunissaient autour de moi… Pour résumer la vieille de service… En gros, “Vitamine, j’arrive pas à cliquer…” Et elle venait, et me montrait comment faire avec beaucoup beaucoup beaucoup de patience…

On penserait que c’est désespéré, non ? Eh bien, non, tout est possible, et à tout âge !

De toute façon, il fallait que ça change, je ne pouvais pas rester le boulet de service indéfiniment…

2 ans après, Julie

  • tient un blog;
  • a monté de toutes pièces avec ses petites mains un site internet, parfois même avec du code;
  • sait ce qu’est le référencement, l’algorithme de Google et fait la différence entre un flux RSS et une adresse URL;
  • et devinez quoi ? Elle produit elle-même des podcasts !!!

Cela vous laisse bouche bée n’est-ce pas ?

Comme le rappelle Seth Godin dans son article Learnable : Tout ce que nous souhaitons réaliser, nous pouvons apprendre à le faire. Nous pouvons être occupé à autre chose mais c’est “learnable”. A nous de nous donner les moyens si c’est ce que nous souhaitons vraiment !

Et Ramsey Musallam, professeur de chimie dans une grande école américaine, ajoute que le plus important est que l’apprentissage soit interactif pour nous, suscite notre curiosité, éveille notre imagination, et anime notre réflexion.

Mais il nous est en réalité très difficile de partir en quête de l’apprentissage d’une nouvelle compétence tant nous rencontrons de blocages et d’obstacles.

Lydia Machova est coach en langue, elle nous livre 4 clés pour les surmonter en nous expliquant les secrets de l’apprentissage d’une langue.

1. Appréciez le processus d’apprentissage

Le premier obstacle est que l’apprentissage est vue comme une corvée.

Combien d’entre nous ont passés des heures sur les bancs de l’école pour apprendre l’anglais, l’allemand ou que sais-je encore pour n’être finalement capable en sortant de l’école de ne parler aucune de ses langues.

Lydia Machova nous explique que cela n’a rien à voir avec nos facilités ou non à apprendre une langue, mais simplement parce que la façon dont elle nous est enseignée ne nous convient pas.

En fait, dans cet apprentissage, il nous revient de trouver comment nous pouvons apprécier le processus d’apprentissage. En écoutant des podcasts, en regardant notre série préférée, peu importe, du moment que nous trouvions du plaisir dans la façon dont nous apprenons. Il nous appartient de trouver votre façon d’apprendre par vous-même.

2. Utiliser les bonnes méthodes: La répétition espacée

A l’école, nous pouvions avoir aussi d’excellentes notes en langues et réussir aisément nos tests. Nous avons appris beaucoup de vocabulaire en peu de temps avant un examen pour finalement nous rendre compte une fois celui-ci passé que nous n’avions plus aucun souvenir de ce que nous avons eu tant de mal à retenir.

Apprendre pour finalement oublier est une grande sources de démotivation pour apprendre quelque chose.

Pour apprendre quelque chose sur le long terme, il est nécessaire d’utiliser également les bonnes méthodes, des méthodes efficaces.

Avez-vous déjà entendu parler de la répétition espacée ?

La répétition espacée est une technique d’apprentissage.

Nous avons l’impression d’oublier ce que nous avons appris, mais l’oubli est rarement total. Le principe consiste à réviser ce que nous sommes sur le point d’oublier ce qui nous permet ensuite de l’oublier moins vite et donc de moins le réviser et de l’inscrire dans notre mémoire à long terme. On dit alors que l’on espace les répétitions.

Cette technique est très efficace dans l’apprentissage d’une langue mais pourrait s’appliquer à bien d’autres domaines. Des applications telles que Anki le permettent aisément.

Pour ma part, je suis toujours en quête d’atteindre un niveau d’anglais satisfaisant et je me sers de l’application Mosalingua qui se fonde sur la répétition espacée avec un système de cartes mémoires.

3. Créer un système d’apprentissage

Si vous souhaitez apprendre quelque chose, il faut prévoir le temps de l’apprendre, sinon autant se le dire toute de suite, vous ne l’aurez jamais ou vous ne le prendrez jamais ou encore vous trouverez des tonnes de choses à faire en apparence plus importantes à faire avant.

Le manque de temps est un obstacles très important à notre apprentissage.

Pour palier à cela, il vous faut un plan, un plan raisonnable, un plan réaliste d’apprentissage, un plan que vous pourrez suivre sans trop y réfléchir. Le but étant d’inscrire ce temps d’apprentissage dans vos routines journalières.

La meilleure astuce consiste à placer ces temps d’apprentissage dans des activités que vous réalisez tous les jours, écoutez des podcasts pendant vos trajets du matin pour vous rendre au travail, changer la langue de votre série du moment…

4. Avancez à petit pas et soyez fier de chaque petit pas

Enfin avoir l’impression de ne jamais voir le résultat de notre travail est un également un frein.

Pour surmonter cela, nous devons avancer à petits pas et être patient. Chaque petite chose apprise est un petit pas. Nous devons nous féliciter et apprécier chacun de ces petits pas, chacun de nos progrès.

L’important est donc de ne pas se focaliser sur le but à atteindre, le chemin qu’il nous reste à parcourir mais sur les progrès réalisés et les efforts entrepris. Comme pour être heureux, en somme, le bonheur n’est pas au bout du chemin, il est le chemin, donc commencez par apprécier le chemin.

Pour conclure, je vous dirais donc que nous pouvons tous et toujours apprendre quelque chose, une nouvelle compétence. Il n’y a pas d’âge limite ni de temps minimum minimum à y consacrer. Certains ont appris à jouer du piano après 50 ans. Et toutes les compétences peuvent être apprises.

Nous devons juste être prêts à prendre en main notre apprentissage.

N’oubliez pas qu’apprendre c’est aussi la liberté.

signature

Ps: Merci encore à vous Vitamine et Protéine de m’avoir montré que je pouvais être vieille mais qu’en tout cas rien n’était irrémédiable !

Les secrets de l’apprentissage d’une nouvelle langue, Lydia Machova

3 règles pour stimuler l’apprentissage, Ramsey Musallam

Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études, Olivier Roland

J'apprends
Jour 15 – J’apprends
Cet article vous a plu? Partagez-le!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tentez le challenge " 7 jours pour être plus heureux "