Jour 19 – Aujourd’hui, je dis NON !

Il dit non avec la tête
         
  Mais il dit oui avec le cœur …

Le Cancre, Jacques Prévert
oui

Nous recevons à tout moment des demandes implicites ou explicites, de notre entourage ou de nos relations, des demandes de temps ou de ressources.

Deux possibilités s’offrent alors : soit nous acceptons, soit nous devons dire non.

Dans ce second cas, cela veut dire que nous n’avons pas envie d’utiliser notre temps et/ou nos ressources de la façon dont on nous le demande:

Un ami qui voudrait rester quelques temps chez vous, une grande réunion de famille alors que vous n’avez qu’un jour de repos cette semaine, votre enfant qui vous réclame un jouet, ou encore ce collègue qui souhaiterait votre aide alors que vous êtes vous-même dépassé.

Le problème c’est que dire non, c’est très compliqué.

On se dit alors que si l’on dit non on sera mal perçu par les autres, nous seront vu comme une personne égoïste, pas serviable, nous serons moins apprécié ; or nous ne voulons pas déplaire.

Ces pensées que nous avons dans notre tête, nous provoquent des sensations déplaisantes, de l’anxiété, de la peur et de la culpabilité alors que nous n’avons pas encore répondu.

Et dire non devient alors très désagréable.

Finalement, on dit oui alors que l’on voudrait dire non et à ce moment là.

Nous prenons en charge la demande dont nous de voulons pas et toutes les émotions désagréables qui s’y associe.

Nous répondons à la demande à contre cœur et finalement nous générons et nous montrons tout ce que nous ne voulions pas montrer en disant non.

Si nous avions répondu non alors l’autre serait déçu car ses attentes ne seraient pas satisfaites, mais pas déçu de nous.

En disant non, nous rendons à l’autre la responsabilité des émotions, la déception, la frustration et la contrarieté.

Tandis que lorsque nous disons oui alors que nous voulons dire non, nous nous nous créons de la déception, de la frustration et de la contrariété. Nous prenions la responsabilité des émotions de l’autre.

Le défi que je vous propose aujourd’hui est le suivant :

A chaque petite demande, poser vous les questions suivantes :

  • Si je oui à cette demande, à quoi je renonce ?
  • Pourquoi je dis oui à cette demande : parce que je le veux ou parce que j’ai peur de dire non ?

Si pour vous c’est encore difficile, n’oubliez pas qu’entre le oui et le non, il existe un large espace de négociation dans lequel il est tout à fait possible de trouver un terrain d’entente, une solution gagnant-gagnant, dans laquelle aucun n’est frustré ou ne prend plus de responsbilité qu’il ne devrait.

Aujourd’hui, remarquez toutes les fois où vous dites oui avec la tête et non avec le cœur…

A bientôt pour de nouvelles astuces!

Julie

Cet article vous a plu? Partagez-le!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez recevoir ici mes 6 astuces pour être heureux (aussi) au travail !