Pourquoi un blog sur le bonheur?

 

Avez-vous déjà eu l’impression que tout vous échappe et que vous ne profitez finalement de rien ? de manquer de temps ? de courir sans cesse après des choses que vous ne parvenez jamais à atteindre ?

Vous aimeriez profiter de plus de moments avec votre famille, avoir du temps pour faire du sport et pour vos amis, être plus performant au travail.

Vous comprenez que vous avez tout ce que vous souhaitez mais que vous courez après tout sans être efficace sur aucun sujet.

Vous vous sentez parfois à bout, usé, fatigué en permanence mais surtout incapable de tout mener de front. Vous êtes le nez dans le guidon et vous ne savez pas comment vous redresser.

Alors parfois vous vous dites en pensant à d’autres personnes à qui tout semble réussir « Mais comment font-ils ? ».

Vous culpabilisez « j’aurais dû prendre plus de temps pour mon fils quand il m’a raconté sa journée », « j’aurais dû appeler cette amie qui a eu des mauvais moments », « prendre des nouvelles de ma mère ».

Pire, vous vous flagellez « comment ai-je fait pour oublier ce point si énorme dans mon dossier ? Le rendez-vous au dentiste de ma fille ? ».


STOP STOP STOP ! Non, mais ça suffit, oui !!!

J’ai moi aussi été dans cette situation jusqu’au moment où les choses m’ont rattrapé et m’ont forcé à m’arrêter. Il a bien fallu que je trouve une nouvelle façon de fonctionner si je ne voulais pas y laisser ma peau.

Alors, pourquoi ce blog ?

1. Parce qu’il est temps d’arrêter le pilote automatique

Je constate que nous vivons notre vie en mode pilote automatique, nous sommes pris dans des routines, non pas que les routines soient de mauvaises choses loin de là.

Le sujet est que nous sommes emprisonnés dans des habitudes négatives, sans besoin de réfléchir, d’allumer son cerveau, des habitudes qui nuisent à notre créativité.

Nous sommes dans le « métro, boulot, dodo », dans notre second métier de chauffeur de taxi (emmener à la danse, à l’école, au karaté, aller à la réunion de parents d’élèves ou à l’assemblée de copropriété).

Nous sommes coincés dans les embouteillages, dans notre rôle de policier moralisateur (« brosses-toi les dents », « ranges ta chambre », « pourquoi tu n’as pas pris le pain »), et dans notre rôle d’homme ou femme à tout faire (ménage, repassage, lessive, courses).

Nous nous sommes envahis par nos « to do list ».

Et tous les matins nous devons faire comme si de rien était et remettre notre masque social pour aller au bureau.

STOP ! Aujourd’hui, on s’arrête et on appuie quelques minutes sur le bouton pause.

2. Parce qu’il est temps de lever le nez et de regarder ce qui nous entoure et surtout d’en profiter !

Il est temps de vous arrêter, d’observer et de profiter de chaque opportunité. Arrêtez-vous et émerveillez-vous.

Il est temps d’imaginer et de créer des « moments suspendus » comme le dirais Raphaëlle Giordano, des instants où vous vous arrêtez, vous observez et vous appréciez…

Nous devons saisir les opportunités d’être heureux, parfois ce sera un petit rien au cours de toute cette journée de chauffeur de taxi, policier moralisateur automate masqué mais ce sera le petit instant qui changera le sens de notre journée quand nous irons nous coucher.

Nous devons saisir toutes ces occasions d’être heureux aussi minimes semblent elles, un déjeuner entre collègues, une soirée télé à deux, le petit câlin du soir à votre enfant avant de s’endormir.

Et j’en suis sure, plus nous prendrons le temps de profiter de ces petits moments et plus ils seront nombreux et prendront le pas sur les autres.

3. Parce qu’il est temps de décider où nous voulons vraiment aller

Ta ta ta ! Il n’y a plus de « je devrais faire ceci » ou de « je dois faire cela ».

Il est temps d’apprendre à vivre la vie qui nous convient en non celle qui nous est fortement suggérée par nos familles, notre entourage, et la société en général. Qu’est-ce que je veux vraiment ? Quels sont mes rêves ?

Il est temps de créer votre propre chemin et non : je dois étudier, pour avoir un bon travail qui me procurerait une sécurité de l’emploi, me marier pour la vie, acheter une maison, avoir des enfants, travailler dur tout au long de ma carrière pour qu’ils ne manquent de rien et profiter d’une retraite bien méritée à 67 ans …

Il est temps de choisir où vous voulez vraiment aller.

4. Parce que l’on ne sait pas par où commencer

Lorsque l’on tape bonheur ou développement personnel dans un moteur de recherche, des tas de mots exotiques, bizarres et barbares nous sautent à la figure : « toltèques », « Programmation Neuro Linguistique », « CNV », « Non verbal », « Analyse transactionnelle », « Psychologie positive », « Lâcher-prise », « Pleine conscience » …

Parfois, on se demande même si l’on n’est pas victime d’un spam ou d’un virus informatique avec des choses comme : « La méthode Ho’oponopo… quoi ? », « Je devrais trouver mon Ikigai ? » et « Il faudrait que je m’hypnotise moi-même ? ». Non mais sérieusement !?

Enfin, si je peux vous simplifier la vie dans tout cela, ce sera avec grand plaisir !

5. Parce que je serais heureuse de partager avec vous mes découvertes en tant que débutante en bonheur

En effet, ces recherches m’ont permis d’avoir un éclairage nouveau sur moi, ce qui m’entoure et le monde dans lequel nous vivons.

Je voudrais partager avec vous tout ce que mes trouvailles m’ont apporté : de la stimulation intellectuelle, une amélioration dans ma vie, des solutions et des clés trouvées.

Mais aussi tout ce qu’elles m’ont procuré : de la sérénité, un recul par rapports aux personnes, aux choses, la possibilité et l’envie d’aller vers les autres, de la confiance, de l’espoir et beaucoup d’optimisme.

Qui ne s’est pas déjà entendu dire : Déstresse ! Positive ! Profite ! Prends du recul ! Pire : « Mais tu as tout pour être heureux ! »

Plus facile à dire qu’à faire…

Par contre, personne ne nous dit réellement comment faire…

Avec ce blog, mon objectif est de :

  • Vous transmettre mes idées de façon accessible et claire pour vous permettre de vous y retrouver la jungle de proposition du net ;
  • Vous montrer qu’il est possible de faire face calmement aux challenges et aux difficultés ;
  • Vous transmettre ma curiosité, ma motivation et ma soif d’apprendre ;
  • Vous communiquer mon enthousiasme face à de nouveaux challenges ;
  • Vous permettre de voir la spécificité de chacun, sa singularité en quoi il se distingue ;
  • D’avoir conscience de votre impact sur les autres et de l’utiliser pour faire de belles choses.

Alors, je compte sur vous pour emprunter un nouveau chemin et prendre votre bonheur en main !

Hâte de vous retrouver,

Bien à vous,

Julie

Cet article vous a plu? Partagez-le!
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  • 1
  •  
  •  
3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez recevoir ici mes 6 astuces pour être heureux (aussi) au travail !